Les 3 meilleurs livres pour débuter en bourse

M.à‑j. : 29 octobre 2021

Oubliez les formations bidon qu’on vous vend partout sur internet. En bourse comme ailleurs, le savoir se trouve dans les livres. Je vous propose ici mon top 3 des livres pour débuter facilement l’investissement en bourse.

Note : Ces 3 livres sont écrits en anglais, mais vous pouvez les commander en français car les traductions sont globalement de bonnes qualités. 

Peter Lynch, Et si vous en saviez assez pour gagner en bourse

Titre original : One Up On Wall Street : How To Use What You Already Know To Make Money In The Market (1989)

Couverture, Lynch

Peter Lynch est un grand, un très grand investisseur. Il est également drôle et accessible ce qui ne gâche rien à ses talents. Ses faits d’armes ? Rien de moins que d’avoir géré le fonds Magellan chez Fidelity entre 1977 et 1990, période pendant laquelle ce fond a été le meilleur au monde avec une performance moyenne de presque 30% par an ! Peter Lynch est donc incontestablement l’un des meilleurs gérants au monde.

Seulement, nous, nous ne sommes pas gérants de fonds à Wall Street. Ça Peter Lynch le garde en tête à chaque page. Il s’adresse vraiment à nous, simples investisseurs particuliers. C’est le sens du titre du livre : Et si vous en saviez assez… Nous avons d’après lui toutes les cartes en main pour réussir en bourse, parfois sans le savoir ! Par exemple, lorsque nous voyons de nouveaux produits à la mode, il nous invite immédiatement à nous poser la question : y a‑t-il une entreprise cotée derrière ? Vous imaginez si on s’était tous posé la même question pour Amazon, Google ou Facebook il y a 15 ans ? C’est là où on voit que les bonnes recettes d’investissement sont intemporelles (le livre date de 1989). 

Et si vous en saviez assez pour gagner en bourse se lit très facilement, mais vous y trouverez une véritable méthode pour vous lancer. À chaque étape, vous serez invité à vous poser les bonnes questions. Le tout avec l’humour qui caractérise le personnage. 

Si vous êtes capable de raconter l’histoire d’une action à votre famille, à vos amis ou à votre chien, et de façon à vous faire comprendre d’un enfant, alors vous avez une bonne maîtrise de la situation.

Peter Lynch

C’est LE livre que je recommande aux débutants. Pour moins de 30€, vous aurez un super livre d’investissement et l’impression de vous être fait un copain !

Philip Fisher, Actions ordinaires et profits extraordinaires

Couverture, Fisher

Phlip Fisher était un gérant de fonds particulièrement discret. Il n’aimait pas la lumière et n’acceptait que quelques clients. Ce livre est l’un des rares témoignages qu’il a laissés. Pourtant, malgré la discrétion de son auteur, Actions ordinaires et profits extraordinaires est devenu un véritable classique à l’usage des particuliers comme des professionnels. 

Paru en 1958, ce livre est d’une étonnante actualité. Fisher adopte en effet le style growth, c’est à dire l’investissement dans des actions à forte croissance. Or, nous vivons dans un monde où depuis plus de 10 ans, le growth investing a connu des performances exceptionnelles. Ceux qui ont investi en 2010 dans les GAFAM ne nous contrediront pas.

Ce livre est un véritable vadémécum pour l’investisseur en quête d’actions pouvant allier croissance et bénéfice. Sa liste de 15 points à vérifier avant d’acheter une action est devenue un grand classique. Fisher se montre particulièrement moderne dans sa considération pour la recherche et développement. Le regard sceptique qu’il porte sur les entreprises payant de gros dividendes est lui aussi très en phase avec le marché actuel.

Malgré sa passion pour l’innovation, Fisher est un investisseur de long terme. Son investissement dans Motorola de 1955 à sa mort en 2004 en est le meilleur exemple.

Si vous avez fait correctement votre boulot au moment de l’achat de l’action ordinaire, le bon moment pour la vendre c’est… pratiquement jamais.

Mon orientation growth/qualtiy doit beaucoup à ce livre. Il m’a notamment appris qu’on ne fait pas forcément une mauvaise affaire en payant une action cher. Une entreprise de qualité a toutes les chances de continuer à s’échanger sur des multiples élevés. Refuser d’investir sur des entreprises rentables et en forte croissance, c’est se priver des meilleures entreprises de la cote ! Ce livre est pourtant intimidant. Fisher est une machine. Il pousse très loin les recherches lorsqu’il investit. S’il n’accorde pas une importance démesurée aux comptes de la société, il veut tout connaitre de l’entreprise et de son environnement. C’est probablement la raison pour laquelle il se refuse à la diversification, chose que je ne me sens pas capable de faire.

John C. Bogle, Le petit livre pour investir avec bon sens

Titre original : The Little Book of Common Sense Investing (2007)

Couverture, Bogle

John C. Bogle est rien de moins que le créateur de la gestion passive. Il a fondé The Vanguard Group avec lequel il a créé le premier fond indiciel. En tant que promoteur de la gestion passive, il a énormément fait pour que les particuliers se rendent compte de « l’arnaque » de la gestion active.

Dans ce livre, John C. Bogle s’emploie à prouver par A + B que la gestion passive est supérieure à la gestion active. Ce petit livre est en effet un réquisitoire contre les fonds gérés activement. Bourrés de frais, ils offrent des performances médiocres. Le meilleur moyen pour investir en bourse selon Bogle, c’est d’acheter un ETF indiciel avec peu de frais, puis de ne rien faire. Il ne faut surtout pas oublier de ne rien ! 

Ce faisant, Bogle a bien conscience de prêcher pour sa paroisse (Vanguard est l’un des plus gros émetteurs d’ETF indiciels). Il s’évertue donc à justifier quasi mathématiquement son propos. Il fait aussi appel à d’autres auteurs pour appuyer ses dires. Chalie Munger et Warren Buffett sont de la partie !

La performance va et vient, mais les coûts sont éternels.

John C. Bogle 

C’est bien entendu un livre à lire (ou à faire lire !) si vous vous êtes fait refiler des fonds gérés activement par votre banque. Ce livre peut aussi vous réconcilier avec la bourse si vous ne vous sentez pas l’âme d’un gestionnaire de fonds ou si vous avez perdu de l’argent en gérant vous-même votre portefeuille.

Personnellement, Le petit livre pour investir avec bon sens m’a fait prendre conscience qu’il est très difficile de battre le marché. Gérer moi-même un portefeuille comme je le fais est un acte de vanité. J’en tirerai les leçons si d’ici quelque temps ma gestion sous-performe le marché en passant full-ETF. J’en ai déjà tiré une leçon en diversifiant mon risque au maximum. Un premier pas vers la modestie ?

Vous l’aurez compris, c’est un livre que tout investisseur en bourse — quel que soit son niveau — devrait avoir lu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *